A propos de Stephanie Golden

Membre des associations professionnelles suivantes, je peux vous fournir un reçu pour vos assurances.
RMQ – Regroupement des Massothérapeutes du Québec
AQTN – Alliance québecoise des Thérapeutes naturels
NAMASTA – North American Studio Alliance

Formée par l’école Lotus Palm, je suis massothérapeute et enseignante en massage thaïlandais. C’est la seule méthode que je pratique, et j’en suis passionnée. Pour réserver un massage avec moi, svp cliquez le bouton à droite.

Mon environnement s’est toujours orienté vers l’athletisme. J’ai été certifiée comme instructrice de natation (WSI) par la Croix-Rouge américaine et instructrice d’aérobie certifiée par l’AFAA. J’ai aussi fait du patinage artistique, depuis l’âge que j’ai appris à marcher jusqu’à mes vingtaines, des compétitions d’enfance jusqu’aux “Fashions on Ice” à Rockefeller Center.

J’ai par ailleurs été la première enseignante de Yogic Arts au Canada, une forme de yoga innovatrice qui intègre des arts martiaux et le massage thaïlandais pour approfondir les asanas.

A 32 ans, une condition dégénératrice de la colone vertébrale commença à limiter ma mobilité et affecter ma vie de tous les jours ; ou, plus précisément, à affecter ma mobilité et limiter ma vie de tous les jours. Je suis allée d’une athlète à quasiment incapable de marcher quelques bloques sans avoir besoin de me reposer ; aller à l’épicerie et faire le lavage me posaient d’énormes défis.

Le yoga et de la natation m’ont aidé à gérer la douleur, ainsi que des traitements d’injections à la colone vertébrale aux cours de cinq ans. Malgré tout, ma condition s’est aggravée au point où un remplacement de disque artificiel a été nécessaire en 2006.



Disque artificiel Maverick

Comparativement à d’autres interventions possibles, ma remise était instantanée ; en dedans de quelque jours, mon dos se sentait déjà meilleur que jamais. Trois mois plus tard, je pouvais refaire du roller-blade et des classes de “step”, et j’avoue avoir un peu perdu mon intérêt pour le yoga alors que je me réjouissait de reprendre tous les sports que j’avais dû abandonner.

Entre la dégénération du disque et une posture contractée qui s’est développée en réaction à la douleur au bas du dos, j’avais perdu environ un pouce de hauteur. Depuis ma chirurgie je l’ai repris et davantage. Puis, alors que la physiothérapie m’aidait difficilement à retrouver une mesure de ma souplesse, c’est à ce moment là dans ma vie que le massage-yogo thaï s’est manifesté !

Ma première expérience du massage thaï était de le recevoir : de me laisser faire et mon corps manipuler, assis, soutenu, allongé, plié, étiré dans tout les sens, et massé en même temps (quoi?!?) alors qu’on me place dans des postures d’étirement – ma première réaction était la même que celle de mes clients actuels : “Wow! Je n’ai jamais connu quelque chose comme ça de ma vie!” (Plus précisément, je me demandais à quoi j’avais perdu mon temps – ma vie! – jusqu’à ce moment là!)

Et c’était ainsi décidé : la vie que j’ai toujours cherchée m’a retrouvée. J’ai eu l’honneur d’apprendre auprès de Kam Thye Chow, le fondateur de l’école Lotus Palm, et d’avoir écrit avec lui un manuel intituléL’usage des accessoires dans un massage Lotus Palm qui fait partie du niveau 1 de leur module d’enseignement. Chacun de mes profs, Mia Blackwell, Shai Plonski, Blake Martin, Jyothi Watanabe, et Sukha Wong ont contribué quelque chose de spécial à ma pratique, des techniques aux points de vue aux toutes petites nuances qui créent une expérience de massage exceptionnelle.

Un des meilleurs aspects du massage thaï, pour moi, c’est que c’est aussi bon pour ma santé, en tant que praticienne, que pour mes clients. Alors que je guide une personne à travers des techniques et étirements, j’assume moi-même des positionnements basés sur le yoga et les arts martiaux. En tant que tel, “l’application corporel du metta” est un véritable échange d’énergie positive. Je m’occupe de moi en m’occupant des autres.

Je me sens choyée de vivre une pratique du massage thaï, de partager ces techniques qui m’ont changé la vie pour le mieux, et privilégié de pouvoir faire part à quelqu’un ce sentiment de “Wow!”, de “faire du yoga à quelqu’un” et ainsi de partager ses bienfaits.

Avec metta
Stephanie Golden
janvier 2014